LÉGÈRETÉ ÉLECTRIQUE

Performance poétique sur la révolte, inspiré du printemps érable québécois (2012) et de la violence policière omniprésente depuis le début d’un conflit social historique au Québec.  La troisième partie est un poème fleuve inspiré de l’oeuvre d’Albert Camus L’homme révolté

Légèreté électrique (2012)

Dans le cadre du festival du texte court de Sherbrooke, au Centre en art actuel Sporobole